Catégories
Ascenseur social Témoignages

Témoignage de Nicolas

Issu d’une Zep du 93, Nicolas est aujourd’hui un entrepreneur a succès

Il a voulu partager avec nous son témoignage

Le témoignage en quelques phrases :

  • Tout est possible tant qu’on ne vous a pas dit non
  • Stop à l’Auto-censure
  • Ne pas avoir peur de l’échec
  • Avoir de l’audace
  • Rencontrer des gens différents de son milieu d’origine
  • Faire le 1er pas
  • Bien s’entourer, faire les bonnes rencontres
  • On est tous pareils
  • Ne pas se laisser intimider parce que les gens pensent
  • Croire en soi
  • + on fait de choses, + on a de chance d’en réussir
  • On avance énormément grâce à ses précédents échecs
  • Saisir les mains tendues
  • Ensemble on réussit plus facilement

La société de nicolas : http://protocole-startup.com/

Retranscription écrite du témoignage de Nicolas qui a pris l’ascenseur social

Bonjour Nicolas,

Est ce que tu peux te présenter s’il te plaît ?  Me dire qui tu es ?  qu’est ce que tu fais dans la vie ?

Alors bonjour Fabien, je m’appelle effectivement Nicolas Velai

J’ai vingt-neuf ans, et dans la vie je dirige une entreprise qui s’appelle Protocole Start-up qui est un studio d’innovation.

Alors un studio d’innovation, c’est une entreprise qui aide les gens à monter des projets, des projets innovants surtout dans le digital,

donc en pratique ça va être, tu veux monter une appli, u as à un projet de logiciels, de quoi que ce soit, t’as envie de monter quelque chose, nous on t’aide pour t’aider à passer de l’idée à la concrétisation. C’est-à-dire du projet à la véritable réalisation, donc c’est ça que je fais dans la vie et à coté je suis aussi enseignant en école de commerce, et en université sur ces sujets là, sur l’innovation.

D’accord, merci beaucoup.

Est-ce que tu peux nous dire ce que faisait ou ce que font tes parents?

 J’ai été principalement élevé par ma mère qui est fonctionnaire.

J’ai grandi en fait dans le 93 (Saint-denis), et je ne sais pas, je trouve ça marrant comme question parce que je me suis jamais tellement identifié à ce que faisez mes parents, pour moi créer quelque chose dans ma vie et j’entends encore ma mère me dire :

Elle a toujours souhaité que j’aille plus loin qu’elle en fait, que je fasse mieux j’ai l’impression, et du coup je me suis pas tellement calé sur elle, j’ai toujours eu l’impression que c’était une base … pour me dire, ok je voilà c’est là qu’on en est. Est-ce que moi je peux aller plus loin? Est-ce que je peux faire quelque chose de plus intéressant… tout ça enfin voilà…

Là je suis en train de paraphraser ma mère, mais d’un autre coté je me dis, ce qui est intéressant c’est pas forcément de faire quelque chose qui gagnent beaucoup d’argent, ou de faire quelque chose qui est bien représenter socialement…. ce qui est intéressant, c’est juste de faire le truc qu’on a envie de faire… En fin de compte.

D’accord, merci beaucoup.

Tu as dit que tu venais du 93. Est-ce que justement tu peux nous parler un petit peu de ta scolarité? Comment ça s’est passé? Est-ce que tu étais en zone d’éducation prioritaire (ZEP) ?

Comment t’en es arriver à être aujourd’hui dirigeant d’une entreprise?

J’étais effectivement en ZEP, en zone d’éducation prioritaire, j’ai été au collège et j’ai fait mon collège et lycée dans le 93 et effectivement c’était un petit peu… c’est un petit peu ce qu’on peut s’imaginer sur le 93.

Au lycée, je me rappelle que voilà on a eu pas mal d’émeute… C’était à l’époque de l’élection de Nicolas Sarkozy comme président… on a eu des voitures renversées, des poubelles qui brûlaient… on a eu la totale ! Et finalement en fait c’est une vraie expérience humaine ! Moi je prends ça avec du recul maintenant, mais c’est vrai que c’est un peu bizarre parce que dans la mesure aujourd’hui je traîne dans des milieux qui sont complètement différents… C’est un peu bizarre de repenser à toute cette époque-là et se dire que voilà, c’était un lycée où on avait des résultats au bac qui était plutôt mauvais.

On a eu finalement… on a réussi à s’en sortir dans ce lycée là parce qu’on est passé de, je sais plus, un peu plus de 50% de réussite au bac, (pour dire qu’on était un petit peu à la ramasse)

On a été le lycée qui a eu la plus forte progression de France parce qu’on est passé de un peu plus de 50% à un peu plus de 70%.

Je trouve que c’est une information un peu rigolote, et sur le côté un peu moins rigolo, c’est vrai que, c’est le genre d’endroit où voilà, je connais des gens qui sont faits tirer dessus à la sortie du RER, ou même, plus tristement, encore, même là, aujourd’hui. Moi tous les ans, tous les ans en fait, j’apprends la mort d’un de mes camarades de classe, du lycée.

Parce qu’il s’est fait prendre dans des rixes, dans les histoires de drogue dans des histoires de citée,et tous les ans, il y a un copain du lycée, je le vois passer sur Facebook, voilà il y a Richard qui est mort, il y a nabil qui est mort, il y a ….voilà, tous les ans, je vois quelqu’un passer et ça me fait un peu mal au cœur de me dire…

voilà, ça reste quand même ce genre de milieu, et et ça reste quand même difficile, même si j’essaye de passer outre tous les stéréotypes qu’on s’en fait.

Ouah, chaque année comme tu dis, il y a des personnes qui malheureusement décèdent suite à des problèmes de rixes, soit des problèmes de drogues…

Justement, est ce que toi qui qui a réussi à t’extirper un petit peu de ce milieu-là et à prendre l’ascenseur social, ou au moins à utiliser notre système scolaire, social ou autre pour essayer d’avancer, de réussir…

Est-ce que justement tu as un avis sur ça ? Sur qu’est ce qui fait que il y a des gens qui ne le prennent pas ? qu’y ne réussissent pas? Et qu’est ce qui fait que toi tu as réussi? selon toi…

 Je crois qu’il y a une grande partie de ce que tu vas accomplir qui est lié à la représentation que t’as de toi-même.

C’est-à-dire que, si t’es dans un lycée qui est pas très bien, t’es dans une famille qui t’encourage pas beaucoup, et t’as des conditions qui sont pas très favorable pour que tu réussisses, si toi tu te mets dans cette case là, déjà que le monde te met dans cette case la, te vois comme un jeune, un jeune défavorisé, des banlieues, tu vois.

Peut-être qu’en plus t’as la tête qui va avec, et du coup tu rentres dans la pièce, on voit tout de suite que t’es noir, que t’es arabe, que t’es enfin, et que tout de suite tu peux être discriminé.

En fait, moi ce que je me dis, c’est que j’ai essayé de pas me mettre moi-même dans cette case-là, je sais que le monde va me mettre dans cette case et j’essaie de pas le mettre dans cette case. Et en fait quand tu commences à te dire ça à te dire, Mais peut-être que je me résume pas à être jeune des banlieues ça permet d’élargir ton champ des possibles te dire, mais en fait il y a plein de choses qui sont possibles pour moi parce que la plupart des choses qu’on pense impossible c’est qu’on est lié à ça on se dit oui mais enfin moi je vais pas réussir, je suis un jeune des banlieues tu vois quand j’étais au lycée la directrice adjointe du lycée elle m’a dit dans les yeux, « mais c’est pas la peine d’aller faire la fac à Paris en fait puisque tu sera pas pris, tu seras juste pas pris en fac d’économie à Paris ».

Et en fait j’ai postulé quand même et en plus j’ai été pris à la fac d’éco à Paris.

Or okay l’année suivante finalement, c’est pas le truc qui me botter, donc ça c’est un peu anecdotique comme exemple, mais c’est simplement que je me suis dit, que j’ai  pas envie de me mettre des barrières tout seul, j’ai pas envie de me dire que je ne serai pas pris dans ce programme, je vais faire mon maximum pour être pris et en fait si je crois pas en moi comment les gens pourrait croire en moi comment on pourrait se dire ce garçon a sa place ici si même moi j’y crois pas ? Donc la chose que j’ai faite c’est de me dire que je me résumer pas à être un jeune de la cité et je me suis dit que en fait je pouvais réussir des trucs et en y croyant assez fort j’ai fait des choses, et c’est souvent comme ça que la chance sourit, c’est qu’on plus on fait de choses et plus on a la chance de réussir des choses.

Exactement, donc là tu as parlé de quelque chose qui nous touchent particulièrement au sein de l’association L’ascenseur social c’est l’autocensure.

Effectivement beaucoup de jeunes, en fait s’autocensure. Ne postule pas a des formations qui pourrait avoir en fait on s’autocensure dans des choix de carrière on n’étant pas assez ambitieux et c’est quelque chose qui me tient beaucoup encore.

Justement toi est ce qu’il y a eu des gens ou un déclic des mentors. Qu’est ce qui a fait que tu n’as pas eu cette autocensure qui a chez beaucoup de personnes ?

 Je sais pas exactement, je pense que c’est un ensemble déjà je pense que j’ai eu un environnement familial, j’ai eu une Maman, j’ai eu des grands parents qui poussait à faire des choses même si savais pas exactement quoi, mais il voulait que je fasse quelque chose qui me plaisait et je pense qu’ils m’ont poussé à faire ça et ça je pense que c’est très important, aujourd’hui je suis pas encore parents donc j’ai pas encore l’occasion de repasser le mot à mes enfants, mais je pense que les parents ont un rôle super important à jouer là dedans et surtout j’ai fait des bonnes rencontres mais ils sont pas arrivé par hasard et son arrivée parce que je me suis bougé que je suis sorti et que j’ai essayer de rencontrer les gens, et j’ai des amis qui m’ont beaucoup aidé, ça m’a énormément servi en fait d’avoir des gens qui autour de moi étaient positifs, des gens qui vont en fait me dire, mais ouais vas y fais le en fait au moment où tu es en train de douter d’avoir des potes, d’avoir des copains, d’avoir des copines qui te dis, mais ouais voici fais le c’est là et ça c’est hyper motivant, et à contrario

il y a toujours des gens qui vont te dire un ça a l’air nul ce que tu fais, non mais franchement tu vas faire ça vraiment ? Il y a toujours des gens qui vont réagir comme ça et je dis pas qu’il faut pas s’entourer des gens comme ça, la critique c’est toujours quelque chose,  c’est souvent quelque chose de constructif.

En revanche je pense qu’il faut pas se laisser, il faut trouver un équilibre entre un environnement ou tu vas avoir des gens qui vont dire oui je crois en toi vas-y fais-le et peut-être avec et limiter l’impact que vont avoir les gens qui vont dire non non mais je pense que tu vas pas réussir laisse tomber. 

Et ça c’est hyper important, c’est ce côté humain c’est-à-dire d’avoir des gens qui vont t’accompagner parce que ça te pousse à aller plus loin et plus tu vas être entouré de gens comme ça et plus tu vas rencontrer des gens comme ça et d’autres gens qui vont dire Mais ouais bien sûr, où est-ce que t’en es ? ah t’en est la mais je vais t’aider à aller plus loin et qui te font la courte échelle pour que tu arrives encore plus et les suivants vont encore plus t’aider ainsi de suite et ça fait une espèce d’effet domino. Mais si tu restes là de ton côté à dire je pense que je vais pas y arriver avec des gens qui disent que tu vas pas y arriver mais tu arrives pas en fait, c’est tout. 

Merci. Effectivement je suis entièrement d’accord avec ce que tu  viens de dire… les bonnes rencontres, bien savoir s’entourer et croire en soi font vraiment partie des choses principales pour réussir et pour prendre l’ascenseur social.

Au niveau de ton parcours un petit peu, est ce que tu peux juste dire ce que t’as fait au niveau des études, et après quelles ont été tes premières expériences professionnelles, afin qu’on puisse comprendre un petit peu qu’est ce que t’as fait, comment tu t’es orientée éventuellement, avoir une idée de ce qui est possible ?

Alors comme pas mal de parents tu vois quand j’étais quand j’étais adolescent ma mère me tanner pour que j’aille travaillé l’été que j’aille, voilà je sais pas faire des petits boulots et j’ai dû être un gamin vachement difficile parce que j’ai toujours refusé, j’ai jamais voulu aller bosser je disais ma mère mais non mais je veux pas aller être à la botte de quelqu’un pour bosser tout l’été alors qu’il fait beau qu’il fait chaud, j’ai envie de faire un truc qui me plait, et dès lors que j’ai eu je sais pas 16 ans tous les étés j’étais en train de lancer un projet, mais un projet par moi même s’il y a un été où j’étais en train de d’aller chez des gens pour faire de la réparation informatique parce que et je me rappelle que je mettais des flyers dans les boites aux lettres, c’est d’ailleurs ce que j’avais fait imprimer moi-même parce que je sais pas, je me suis rendu compte que j’étais bon en informatique, que j’avais envie de faire ça. L’été suivante je faisais autre chose et j’ai fait ça pendant tous les étés pour arriver à un moment donné, si tu veux assez tard quand  j’ai fini par faire des études en fait à la fac parce que j’ai pris par défaut.

J’ai fait des études d’anglais par défaut parce que j’aimais bien l’anglais je savais pas trop quoi faire et j’ai fait une fac d’anglais, et à cause de tout ça me suis retrouvé à un moment donné où j’avais jamais eu de véritable expérience pro, j’étais complètement en dehors du système, ok j’avais j’avais fait des trucs l’été des petits projets sympas mais j’avais jamais eu un employeur j’avais jamais été salarié et donc après la fac en fait j’ai dû chercher un stage et j’ai galéré à mort en fait parce que j’avais aucune expérience pro, et quand t’as pas fait de stage de troisième que t’as pas eu la présence d’esprit d’aller chercher un job avant quand t’arrives en fin d’études et que tu cherches un stage c’est hyper galère.

La première fois c’est souvent hyper galère, toujours la même histoire, on demande de l’expérience pour avoir un job mais pour pour avoir de l’expérience il faut que t’aies un job, et du coup j’ai galéré à mort pour trouver un stage et j’ai dû faire, je me rappelle que j’ai envoyé 50 demandes pour trouver un stage, mon premier stage et je devenais fou, je me souviens de complètement péter un câble parce que personne ne répondait, personne ne voulait de moi, et le premier stage que j’ai fini par décrocher évidemment c’était le stage qui restait se dit qui était donner à personne d’autre.

Et j’ai eu un stage qui était pas très bien où j’étais dans des conditions, on me faisait faire des photocopies ou ils me gueuler dessus à longueur de journée, c’était un petit peu compliqué et si tu veux j’avais l’impression que d’un point d’un point de vue comme ça je me disais, Mais j’ai en fait quelque chose me sourit pas, en fait j’ai l’impression que c’est compliqué et je pense que c’est sans c’est moment-là qu’il faut justement que quand tu penses que c’est compliqué, c’est dans ces moment-là qu’il faut juste va prendre ton courage à 2 mains et te dire, mais en fait c’est justement quand c’est compliqué que je vais pas arrangé les choses en baissant les bras parce que quand tu baisses les bras, bah alors si c’est compliqué tu vas encore plus de compliquer les choses.

Et c’est le moment où je me suis dit je vais le faire à fond. Donc là c’est compliqué Mais tu sais quoi, je veux faire à fond, et je me suis tellement bougé après ce premier stage qui était vraiment pas très enrichissant me suis tellement bouger, je me suis dit, allez cette fois-ci je change complètement l’attitude, j’essaie de mettre en avant tout ce que je sais faire, j’essaie de faire fois dix toutes les démarches que j’avais entrepris jusque-là pour trouver un job pour trouver un stage, et là en fait je me suis rendu compte que avec l’attitude pareil, quand t’es à fond, quand t’est persévérant, quand tu quand tu donnes à cent pour cent, c’est là ça devient compliqué d’échouer En fait, quand tu quand tu te mets à fond, c’est ça qui change complètement de de paradigme, c’est à dire que je suis passé de n’avoir aucun stage et finir avec un stage pourri à la fois suivante ou Je me suis dit, cette fois-ci tu baisses pas les bras tu qui les a j’ai eu je sais plus j’avais eu j’ai eu quatre offres d’emplois qu’on répondu positivement et je me suis retrouvé à devoir choisir entre 4 offres où évidemment j’étais en train de les mettre en concurrence en disan,t okay vous m’avez dit oui pour que je vienne chez vous, mais il y a les autres aussi qu’on dit oui, et puis il y a le troisième qui a dit oui et puis le quatrième, il me propose plus cher, du coup qu’est ce qu’on fait, je me suis trouvé allé mettre en concurrence c’est ma situation était complètement différente et l’état d’esprit était complètement différent mais ça venait principalement de moi, c’est que moi j’étais arrivé avec un état d’esprit de conquérant en je me disait, je vais y aller je vais y arriver et ça avait tout changé dans l’expérience que j’ai vécu.

Génial, génial, Merci de nous avoir partager cette expérience, juste avant, Est ce que tu as été entrepreneur

directement après tes études ? Et si oui comment ça s’est passé ou est-ce que d’abord tu as commencé comme tu viens de le dire en fait à travailler pour quelques quelques patrons et ensuite après t’as décidé d’entreprendre ?

 J’ai vraiment fait un stage de fin d’études ou  j’ai eu un patron et j’ai compris assez rapidement, et en plus les gens autour de moi m’ont dit mais je crois que c’est pas ton trucs et voilà, j’ai compris assez facilement que c’était pas le truc et je me suis tourné directement après ça vers l’entrepreneuriat.

Aujourd’hui c’est un petit peu rigolo parce que je me trouve a, j’ai envie de dire diriger mais c’est pas diriger des gens mais c’est c’est travailler avec des personnes et puis d’avoir cette posture de patron alors que finalement j’ai jamais eu cette cette posture de salariés, je me rends pas tellement compte de ce que c’est que la vie de salarié et aujourd’hui souvent je pose des questions à des copains en disant Mais comment faire quand t’es quand t’es comme ça ? Mais là du coup c’est quoi tes relations avec tes supérieurs ou ça, et je suis toujours juste un un petit peu comme un enfant à qui me raconte une histoire parce que j’ai jamais veçu ça.

 J’ai aussi deux trois autre question en fait plutôt sur

l’aspect, sur les rencontres le mentoring, où les personnes qui ont pu compter. Est ce qu’il y a des personnes vraiment qui ont fait le déclic chez toi ou est ce que c’est une série de personnes comme tu disais, des bonnes rencontres, un bon entourage ou est-ce qui a vraiment eu deux trois moments ou deux trois personnes en fait dans ta vie qui t’ont permis en fait de croire en toi et et d’avancer vers la réussite ?

C’est un petit peu des deux en fait c’est que j’ai envie de te dire que y a des personnes qu’on particulièrement compter, mais d’un autre côté je trouve que ça leur donne beaucoup de poids et et beaucoup de charge et je me dis plutôt que quand j’y réfléchis y a des personnes qui ont beaucoup compté mais c’est plutôt des suites et de petits événements tu vois, des espèces de micro trucs qui ce sont passés à un moment donné où t’as tourné à gauche au lieu de tourner à droite et de là ça a tout changé, et j’ai l’impression que c’est principalement des choses comme ça qu’il me sont arrivés, c’est un moment donné J’ai pris une décision je me suis diss, tu sais quoi, je vais postuler à ce truc alors que ça avait l’air d’être complètement en dehors de ce que je pouvais faire d’un appel d’offres où ont demandé plein de compétences mais je me suis dit il va y aller pour voir ce qui se passe et là ça a marcher, j’ai rencontré la bonne personne, il s’est passé un truc de dingue derrière parce qu’il m’a mis en contact avec son copain qui m’a mis en contact avec son frère et ainsi de suite, et j’ai l’impression que c’est plutôt des trucs qui des tout petits déclencheurs qui m’ont mené à avoir ce que j’ai aujourd’hui et d’un autre côté, c’est vrai aussi que c’est beaucoup je parle beaucoup de réussite là mais c’est aussi beaucoup dans l’echec que tu vois les questions qui la plupart des fois où j’ai vachement avancés c’est beaucoup dans l’echec que t’es obligé de te sortir de ta zone de confort était obligé d’aller voir des gens.

Tu vois aujourd’hui par exemple mon associé avec qui on s’est on a cette entreprise, ce studio d’innovation, c’est une associée que j’ai rencontré à un moment donné où ça n’allait pas en fait où elle avait raté un truc qui venait de faire, moi j’avais raté un projet que je venais de faire, on s’est regardé on s’est dit mais en fait on a raté les trucs qu’on était en train de faire, qu’est ce qu’on fait maintenant, on s’est regardé on se dit pour essayer quelque chose ensemble et on a monté quelque chose qui marche hyper bien aujourd’hui dont on est hyper fiers aujourd’hui, moi je suis hyper fier d’elle, je suis hyper fier de moi et tout ça c’est arrivé dans un contexte où on a pu créer quelque chose de positif à partir de là de quelque chose qui allait d’un moment ça allait pas du tout et je pense que ce qui est aussi très intéressant c’est que cette associés qui m’a que j’ai aujourd’hui qui m’a énormément apporter c’est aussi quelqu’un de très différent tu vois c’est quelqu’un qui a été dans un grand lycée parisien qui a fait une super école de commerce à Paris et du coup il y a plein de fois où on se comprend pas du tout, et c’est ça qui est génial c’est d’avoir des gens qui sont dans l’opposition complète. Si tu vois que des gens qui sont toujours d’accord avec toi, tu restes dans ton microcosme tu restes dans ton point de vue. Toi t’as tes idées tu penses que le monde fonctionne comme ça et si tes potes sont pareils ils vont dire ouais c’est comme ça que ça fonctionne et tu vas jamais voir plus loin et là d’avoir quelqu’un qui aux antipodes de qui je suis et dans ça évidemment ça fait des frictions, des fois moi je dis blanc a dit noir et on arrive pas à se mettre d’accord mais au moins ça permet de vraiment modéré ton point de vue toi ta ta vision préconçue tu sais que le monde est comme ça, il y a quelqu’un parce qu’il va dire, mais non c’est pas du tout comme ça c’est le contraire, et en fait tu te rends compte que en fin de compte c’était peut-être un juste milieu c’était pas comme tu disais c’était pas comme d’autres disait est et il entre les deux et ça c’est quelque chose que moi je chéri beaucoup et qui m’a énormément apporté c’est de rencontrer cette personne qui avec un point de vue complètement opposé m’a ouvert plein d’horizons, m’a montré plein de choses extraordinaires et je pense que j’ai fait pareil avec elle et c’est l’une des choses qui m’a le plus servi aujourd’hui.

Merci beaucoup. Donc si je résume un petit peu là tu nous a parlé de ne pas avoir peur de l’échec et que c’est dans les échecs qu’on se construisait, il fallait avoir de l’audace et tenter parfois des choses qui semble impossible, postuler par exemple a des formations, a des emplois qu’à priori on pense que ce n’est pas possible, et pourtant y aller et aussi la rencontre avec des gens très différents et la confrontation des points de vue avec des gens qui viennent de milieux d’endroits totalement différent en fait, et qui apporte un enrichissement personnel.
Merci vraiment pour ces exemples.

On va bientôt conclure l’entretien pour pas prendre trop de temps.

J’aimerais juste que tu répondes en fait à la question sur les défis que tu as dû faire face et comment tu as réussi à les surmonter. Alors on a bien compris que tu avais eu des échecs et justement tu t’es posé la question d’avancer etcetera, mais si tu avais deux trois défis en fait, et 2-3 échecs en fait a montré a un jeune qui par exemple entre quinze et 18 ou 19 ans aujourd’hui.

Est ce que tu pourrais expliquer comment tu as relevé ces défis et comment tu comment tu les as surmonté ?

Alors j’ai une approche un peu particulière, je sais pas si c’est la bonne, de toute manière quelque chose que je dis souvent même quand j’enseigne tu vois quand t’es dans cette position d’enseignant on a l’impression que c’est toi qui donne la vérité est que tu l’expliques aux gens et je fais toujours bien attention de dire quoi que je dise ça reste un point de vue tu vois c’est pas, j’ai pas la vérité absolue donc même quand je réponds à cette question c’est pas c’est pas un conseil qui faut appliquer systématiquement c’est juste quelque chose pour te faire réfléchir et te dire est ce que je pouvais voir les choses de cette manière là, ou la manière dont moi j’ai fait face à la plupart des défis c’est en essayant de ne pas me laisser intimider et de ne pas être biaisé par tout ce que je pouvais imaginer sur moi-même et sur et sur ce que supposer ce que pensaient les gens, n fait il y a plein de moments tu vas tu vas rentrer dans la pièce en fait tu vas l’avoir l’impression que les gens te regardent mal et souvent quand tu a cette impression là c’est parce que toi tu te regarde mal.

Typiquement l’exemple le plus fréquent c’est quand tu mens, voilà tu tu raconte un mensonge, tu vas avoir l’impression que les gens savent, tu vas dire je crois qu’il il est au courant c’est pour ça qu’il a poser autant de questions, c’est pour ça qu’il m’a regardé avec des gros yeux en fait le problème c’est pas ça c’est juste que toi t’as menti, du coup tu te sens mal et du coup tu penses que tout le monde est au courant et tu penses que les gens te regardent mal,

c’est un petit peu pareil avec avec toute cette idée de milieu social de comment tu vas être perçu, j’ai l’impression que si tu rentres dans la pièce en disant je crois que les gens vont mal regardé parce parce que je suis je suis noir, parce que j’ai un accent de la cité, si tu te dis ça en fait tu te toi tu te mets dans un état d’esprit ou tu laisses l’opportunité aux gens de faire effectivement ce que t’attends d’eux c’est à dire mal de regarder et quoi qu’ils vont faire tu vas l’interpréter comme oui, je le savais, je savais qu’ils allaient mal prendre mon à mon accent, je savais qu’ils allaient mal le prendre maintenir de peau, je savais qu’ils allaient me je me juger sur ça et ce que j’essaie de faire c’est, tu sais de me dire que je suis juste normal, je rentre dans la pièce et je me dis que je suis juste normal suis comme tout le monde et comme ça quand quelqu’un me fait une remarque quand quelqu’un me dit la présentation elle était pas assez bien, ’évite de me dire quelque chose comme ouais mais il me dit ça parce que je suis jeune, mais il me dit ça parce que parce que je suis métis il me dit ça parce que je sais pas parce que j’ai un accent en fait je me dis juste okay, il a critiqué ma présentation, qu’est ce que je pourrais faire pour améliorer ma présentation ? Et avec cet état d’esprit là si tu veux je veux moi ça me met virtuellement en fait dans ma tête ça met sur le même plan que tous les autres n’importe qui même si t’as un jeune un jeune garçon qui vient d’une d’une super écoles parisienne qui arrive en même temps que moi dans la pièce, ,quand je le regarde dans la salle d’attente on a commande passée en présentation ou de passer un entretien ou n’importe quoi je me dis, en fait je me dis qu’on est juste pareil on est juste pareil et qu’après quoi, qui se passe, je reste dans cet état d’esprit là de « j’ai rien à prouver de plus que lui ».

 J’ai des choses à prouver tu vois sur mes compétences sur ce que je sais faire sur ce que je connais sur tout ça mais j’ai pas quelque chose à trouver sur qui je suis et de toute manière au pire des cas et au pire des cas si la personne en face a pas envie d’avoir affaire à quelqu’un comme moi à cause de mon accent de ma couleur de peau, sincèrement j’ai pas envie de faire affaire elle non plus, donc je vais pas forcer les gens à m’accepter comme je suisn je vais prendre des gens qui m’accepte déjà comme je suis et ça il y en a plein des gens dehors et sincèrement même dans l’autre sens, ça m’est arrivé en fait de me dire juste que ça me passe par la tête de me dire, je crois qu’en fait on m’a pris spécialement parce que j’étais jeune, je crois qu’on a pris spécialement parce que j’étais métis Je crois qu’on m’a pris parce que on voit que je viens de banlieue et que peut-être que ça représente quelque chose dans la tête de mon interlocuteur et peut-être que c’est pour ça qu’il m’a pris et en fait je sais pas j’en sais rien, des fois ça peut être dans un sens comme dans l’autre et tout ce que je fais en sorte de de l’ignorer au maximum pour essayer de me concentrer sur les choses qui me semble plus pertinentes comme quelles sont mes connaissances quelles sont mes compétences, qu’est ce que moi je peux apporter à la personne en face de moi ?

Merci beaucoup Nicolas et nous allons maintenant passer à la dernière question. Quels conseils donnerais tu aujourd’hui à un jeune qui envie de réussir ?

Alors le conseil que je donnerais c’est d’avoir deux choses, deux choses dans son arsenal c’est d’avoir un un état d’esprit et d’avoir un réseau c’est-à-dire,se dire état d’esprit c’est se dire, c’est possible donc ça a pas été refusé par la personne, tant qu’on a pas un non de la personne en face dans un contexte professionnel. 

Je suis en train de dire c’est que c’est possible, il faut pas se mettre des barrières soi-même et se dire je crois pas je crois que je vais pas réussir parce que sinon en fait on va juste rester chez soi et rien faire, si je me dis que c’est possible non seulement je vais agir mais en plus de dégager cette espèce d’aura comme quoi j’ai confiance je pense que je peux le faire et j’y vais a fond.

Et sincèrement ça c’est un truc super important,c’est-à-dire que rester chez soi et rêvez rêvez dans sa douche rêver dans son lit parler à son frère ce serait pas trop dingue si on pouvait faire ça Écrire des commentaires sur Facebook ou YouTube en disant ouais mais ça c’est pourri il faudrait le faire différemment ça Franchement tout le monde le fait et ça apporte rien, en revanche agir sortir de chez soi elle se dire auquel je veux faire quelque chose si je rêve d’un truc je vais mettre tout ce qui est dans mon pouvoir pour le réussir et sortir de chez soit et accomplir des choses tester les choses ratés se relever raté encore et ensuite à la fin réussir parce qu’on a raté trois fois et parce qu’on sait qu’est ce qui marche pas et qu’on cesse en puissance qu’est ce qu’il fonctionne c’est vraiment ça que je conseille dans l’état d’esprit.

Et la deuxième chose c’est le réseau, une chose qu’on apprend énormément dans les milieux dans les milieux qui sont un peu plus plus huppé dans les milieux qui sont plus aisés, on va apprendre la la valeur du réseau.

Imagine ton papa est ingénieur aéronautique, il connaît d’autres ingénieur en aéronautique et du coup toi si tu veux être demain tu vas être ingé tu veux être tu veux faire un job comme ça c’est facile En fait tu connais ton papa, tu connais les potes de ton papa tu connais tu connais ton frère qui fait pareil et tout fonctionne comme ça t’arrives en école de commerce tu arrives dans une bonne école de commerce et là tu sais très bien que tous les gens qui sont autour de toi en école de commerce c’est des gens qui demain ils vont devenir directeur de je ne sais pas quoi ou responsable d’un autre truc PDG de quelque chose et c’est tes super potes, et ça c’est un effet réseau c’est que tu sais que tes potes en puissance c’est des gens super importants qu’ils vont t’aidé parce qu’ils étaient avec toi, ils connaissent ils ont rigolé avec toi ils ont vu des coups avec toi et vraiment il y a un lien qui se crée, et ça c’est quelque chose qu’on a beaucoup moins quand on sait qu’on ne sais pas en ZEP quand on est à la fac et tout l’éducation gratuite. En fait on a beaucoup moins cet état d’esprit communautaire ou on s’entraide, on se serre les coudes et pourtant c’est hyper important c’est hyper important, te dire la force que j’ai c’est aussi les gens que j’ai autour de moi et c’est tout ces personnes que je vais rencontrer qu’ils vont avoir à la bonne, parce que je suis sympa parce que je suis rigolo parce que parce que je sais pas, je suis intéressant parce que je suis intelligent.

Toutes ces personnes que je vais rencontrer c’est eux qui vont faire la courte échelle pour que je puisse accéder à des endroits que je peux pas accéder tout seul.

Ça c’est quelque chose que vraiment qui est hyper importants, c’est de se dire, je vais on réussit pas tout seul le concept du self made man, ouais je me bats contre tout le monde et je défonce tout le monde et je gagne à la fin, ouais c’est possible mais c’est chaud, ce qui marche surtout c’est que tu trouves des gens qui vont faire confiance qui vont t’apprécier qui vont dire, mais un gamin comme ça moi je veux le suivre, moi je veux l’aider et des gens comme ça il va booster ta carrière boostées, enfin boostez ta vie en fait juste télé et te prendre la main et te dire, mais allez viens on fait et ça ça ouvre les portes.

C’est beaucoup plus facile de rentrer quelque part quand quelqu’un qui t’ouvre la porte que quand toi t’es obligé de défoncer la porte de passer par la fenêtre, d’essayer de s’incrusté par la véranda c’est assez compliqué si t’as juste quelqu’un qui dit vasy regarde je te fais le chemin vas-y passe, ’est beaucoup plus facile et ça c’est une vraie valeur qu’on sous estime énormément dans les milieux défavorisés et du coup je pense que c’est vraiment un conseil que je donnerais C’est  avant l’état d’esprit de gagnant de dire que c’est possible de le faire jusqu’à ce que quelqu’un peut dis, non, quand dit non tu dis ton fils pas possible je vais essayer autrement Et oui saisir des mains tendues essayé d’engager des gens te dire comment je fais pour embarquer les gens avec moi pour que que je puisse m’aider parce que c’est souvent ensemble qu’on réussisse est beaucoup plus souvent ensemble que tout seul.

Merci beaucoup Nicolas pour pour ce témoignage très inspirant avec beaucoup de avec beaucoup de bons conseils.

 Justement je ne peux pas laisser finir comme ça parce que tu parles de réseau et je pense que ça intéresse beaucoup beaucoup de jeunes en fait de savoir comment se constituer un réseau , mon nom au début comment arriver, de quoi se constituer le début de réseau.

Est ce que tu peux donner deux trois conseils pour commencer à se constituer un petit réseau qui va ensuite grandir comme avoir un effet boule de neige ?

 Alors pour se construire un réseau au tout début je conseillerai, comme d’habitude de sortir en fait se constituer un réseau sur sur Facebook sur LinkedIn oui, Pourquoi pas, c’est sympa mais ce qu’on veut faire ce qu’on veut c’est l’engagement, on veut que des gens et vu ta tête qui se rappelle de toi qui se rappelle que t’étais cinq cinq t’étais malin et qu’il fasse confiance, et pour ça tu vas sortir tu vas chercher des assos si toi t’as envie de lancer un projet un projet social si t’as envie de lancer un projet entrepreneurial si t’as envie de travailler dans un secteur particulier, il y a des associations partout en fait qui regroupe des gens qui travaillent dans ton secteur qui regroupe des gens qui ont des idées comme toi et d’aller voir ces gens juste pour traîner dans des milieux où on va dire mais tu connais un tel ? ah mais ça pas rencontré dilué, il faut à tout prix que tu vois que tu vois machin et ça déjà c’est un premier pas qui est super important de dire je sors et même si ça donne rien c’est pas grave, je vais rencontrer des personnes et peut-être qu’elles vont rien donné, on va juste devenir pote et ça sera juste sympa, mais alors que le fait rencontrer des personnes ça va te mener à rencontrer d’autres personnes donc surtout ne pas s’arrêter au début c’est à dire que le c’est ça l’effet réseau, boule de neige c’est que je vais rencontrer une personne qui va être plutôt intéressante mais elle a mené à une autre personne qui va être super intéressant qui me mènera a une autre personne qui sera encore plus intéressant.

Ça c’est déjà sortir aller voir des assos, première chose que je ferai deuxième chose que je ferai c’est essayer de faire différemment de tous les autres c’est-à-dire que si tu fais la même chose que tout le monde tu vas encore rester dans la masse, et si t’envoies si t’essayes de faire des copains en envoyant des mails le problème c’est que tout le monde reçoit des mails c’est qu’il faudrait faire quelque chose pour te démarquer, est ce que je dirai c’est peut-être aller dans des dans des soirées des conférences des choses comme ça si un sujet qui t’intéresse je sais pas t’es vachement passionné informatique et de code ou a contrario été passionné par je sais pas la kinésithérapie ou  je sais pas n’importe quoi il y a des conférences.

Il y a des gens qui se regroupent dans des salles dans des amphis, c’est gratuit tu peux y aller faut juste inscrire des fois faut même pas d’inscrire en avance ça a lieu dans dans des salles des fêtes ça lieu dans des amphithéâtres d’université c’est un lieu partout et tu te pointes t’arrives là-bas il y a quelqu’un qui fait sa conférence et la salle elle est remplie de gens qui ont les mêmes centres d’intérêt et qu’on des objectifs qui ressemble un petit peu au tien et tant pis tant pis si t’as si t’as seize ans tant pis si t’as  dix-neuf ans tant, tant  pis si t’en a vingt-deux ton fils était même à ta place tu sais quoi c’est un amphi plein de deux cent personnes, personne t’as remarqué toute manière donc t’y va et essaye de parler aux gens et tu vas voir que en fait les gens  se parlent pas entre les gens viennent à la conférence pour regarder la conférence et après si toi tu veux aller parler à ce chercheur super connu ou à ce directeur super connu qui vient de donner la conférence tu descends les marches à la fin tu vas le voir lui disant : eh salut j’ai entendu ce que vous avez dit depuis une demi-heure Là, c’était super intéressant Merci beaucoup pour tout ce partage et moi d’ailleurs je me présente, je m’appelle un tel et j’ai envie de faire ça dans la vie Est qu’est ce que vous pourriez m’aider Quel conseil vous pourriez me donner.

Et là la personne qui vient de donner la conférence qui est plutôt une personne importante elle va vous regarder et il va sans doute vous donner des conseils, elle va sans doute donner sa carte de visite je sais pas et là c’est trop Il se passe un truc génial, il suffit de renvoyer un message lendemain en disant, Hey coucou on s’est rencontré hier, je suis le jeune qui est venu vous voir après la conférence Vous vous rappelez de moi et bien sur qui se rappelle de vous et demain s’il faut trouver un stagiaire demain s’il faut embaucher quelqu’un demain s’il faut faire quelque chose comme ça et là on vous prendra vous parce qu’on se rappelle de vous, vous êtes arrivé à la fin de la conférence et vous avez discuté avec le conférencier et il s’est passé un truc pendant deux minutes certes mais il s’est passé quelque chose et par rapport à tous les autres dossiers qui vont arriver et bien, avec votre dossier se rappellera de la personne qui avait qui avait eu un peu le cran de descendre et qui était assez intéressant, Cours pour pour complimenter et pour échanger de manière super sympa avec la personne importante.

 Génial Nicolas, Merci beaucoup pour tous ces conseils

Est ce que par exemple pour assister à des conférences est ce que tu penses , tu penses à des sites par exemple comme Meet Up ou à d’autres types de sites. On peut peut-être donner des conseils ou jeunes qui nous écoute ?

 Ouais des sites comme meet up, des sites comme event brite, c’est des sites où il y a des on a des événements tout simplement Voilà plus tape le thème qui tient à coeur Je pense qu’il y a des événements pour tout Sincèrement on est en deux mille vingt le monde tourne à cent à l’heure, y’a internet est est est quasiment partout, tu peux taper n’importe quel thème même le plus spécifique même si tu veux faire un truc très spécifiques, tu veux développer des des jeux vidéos parce que tu adores les jeux vidéos et t’aimerais bien la personne qui les fait, tape ça et tu vois il y a des conférences à plus savoir quoi en faire Là-dessus il y a des rendez-vous a plus que savoir quoi en faire et ça coûte rien ça coûte rien du tout d’y aller d’aller de simplement aller boire un verre avec les gens allaient discuter avec des gens ça coûte rien du tout et et et vraiment une fois que tu seras dedans, c’est ça qui est important c’est que quand c’est qu’on est en dehors de ce milieu là c’est compliqué d’imaginer comment c’est dedans, mais une fois que tu rentres dedans une fois que effectivement t’ as chercher sur Meet up que t’as chercher sur Event brite quelle quel meet up avait autour de toi une fois que t’es dans, la pose la question aux gens directement ils vont dire mais samedi prochain on fait autre chose et puis la semaine prochaine on a encore un truc mais t’es invité à tel machin ? et toi tu dis, bah non je suis pas inviter et du coup on s’invite Et là d’un coup il y a un espèce d’engrenage qui ça devient facile ce qui est compliqué c’est toujours le premier pas c’est vraiment c’est ce que je disais tout à l’heure, c’est vraiment un effet domino c’est qu’il faut réussir à pousser le petit dominos au début et il va faire tomber un plus grand qui à faire tomber un plus grand jusqu’à ce que tu fasses tomber un énorme bâtiment de cent mètres de haut mais juste par la force du petit tout tout petit premier domino que t’auras t’auras poussé, en fait il faut pas chercher aller hyper loin hyper vite hyper fort parce que on ne peut pas  déplacer des murs hyper gros, il faut chercher à faire un petit truc aller assister une toute première petite conférence un tout premier meet up et voir ce qui se passe et ensuite, garanti, tu prends tu te met le doigt qui est pris dans l’engrenage et après on t’invite au suivant et ça devient facile.

Génial Nicolas merci beaucoup pour ce témoignage et surtout tous tes bon conseil ensemble, tu as l’habitude de donner tes conseils et d’intervenir auprès au près des jeunes. 

Merci beaucoup, je te souhaite une très bonne journée.

 Merci à toi Fabien, Bonne journée !

Podacst témoignage précédent : Imane

Articles similaires :

2 réponses sur « Témoignage de Nicolas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *