Catégories
Ascenseur social

L’association l’ascenseur social : la genèse

L’Ascenseur Social

Le constat :

La méritocratie à la française est un système de gouvernance ou dʼorganisation dans lequel les postes et responsabilités sont assignés aux individus qui ont démontré leur intelligence ou aptitude. La méritocratie est ainsi le moteur des études et de lʼenseignement français : permettre à chacun dʼatteindre ses ambitions. Or en réalité, chacun ne dispose pas des mêmes moyens pour arriver à ses ambitions en France au XXIè siècle. Le principal obstacle à la réussite est lʼauto-censure. Cette crise de la réussite se traduit essentiellement au lycée, et plus particulièrement en classe de Terminale lors du choix décisif de lʼorientation des élèves. Cette auto-censure se retrouve en études supérieures, notamment lors du choix des spécialités. Face à ce constat, Nawel Bellour, avocat d’affaires et Fabien Martre, entrepreneur, ont  décidé de lancer l’Ascenseur Social.

Le projet :

Ainsi, Le but de ce projet est de permettre à chaque jeune en position défavorable de part son  handicap, quʼil soit physique, financier ou social dʼaccéder à lʼinformation, de pouvoir bénéficier dʼexemples et de témoignages dʼétudiants ayant franchis ces obstacles. Ces interventions ont dès lors vocation à créer un déclic de lʼélève en fournissant un exemple de réussite auquel il pourra sʼidentifier. Pour cela, il ne faut pas quelquʼun qui a fini sa formation mais quelquʼun qui est encore en train dʼeffectuer ses études pour créer une plus grande proximité par lʼâge ( 1 à 2 ans de différence), ce qui rend le récit de lʼintervenant plus réaliste. La proximité de lʼâge doit permettre un échange sans autocensure, sans honte et donc finalement sans contraintes.

De plus, les intervenants et le groupe viennent du même milieu social pour permettre un échange toujours dans une volonté de parler sans contrainte. Enfin, le but de cette intervention est dʼinformer lʼélève en lui donnant toutes les cartes pour réussir. Le but nʼest pas dʼaccompagner lʼélève à long terme, ni de lʼaider en profondeur puisque nous nʼavons pas lʼexpérience dʼautres associations qui ont les moyens et lʼexpérience pour mener à bien cette tâche. Le but est dʼinformer les élèves que ces structures existent. A la fin de lʼintervention, les adresses emails et page Facebook de différentes associations seront données aux élèves pour quʼils approfondissent leur réflexion.

Les moyens mis en oeuvre :

Intervention dans des lycées jugés «difficile» principalement en région parisienne et dans des lycées dit «isolés», afin dʼinformer et surtout de motiver des jeunes élèves à travers lʼexpérience et le témoignage atypique de jeunes qui quelques années auparavant étaient à leurs places.

– Les intervenants font un exposé dʼune vingtaine de minutes en se présentant et en présentant brièvement leur formation (ce nʼest pas un forum de lʼorientation). Lʼexposé doit surtout faire comprendre aux élèves, les différents parcours, difficultés, potentiels échecs ou erreurs. Lʼintervenant doit donc se livrer et présenter son ressenti (ne pas présenter un CV aux élèves, mais au contraire susciter lʼémotion et la prise de conscience). Lʼidée directrice est la guerre contre lʼautocensure et ses ravages ;

– Une séance dʼéchanges et de questions dʼune vingtaine de minutes où les intervenants répondent aux interrogations des élèves et doivent créer un cadre propice à lʼéchange ;

– Remerciement à la fin pour le proviseur, dernier message à passer aux élèves pour susciter lʼintérêt de tous et redonner de lʼespoir. Les intervenants donneront leur email pour répondre aux éventuelles demandes des élèves et garder un contact avec les plus motivés. Les intervenants présenteront dʼautres associations comme OrienteMoi ou les Entretiens dʼExcellence (Présentation + Actualité de lʼassociation pour faire venir un maximum de personnes aux forums) ;

– Style vestimentaire : Assez simple et correct (chemise +veste ou pull + veste) pour « sembler proche des élèves », mais un style sérieux car le message est sérieux et important (la façon de sʼhabiller donne aussi un message important à ne pas négliger) ;

– Enfin : Echange avec les professeurs sur les points à améliorer (après la présentation ou par email lorsque les élèves auront donné leur ressenti aux professeurs).

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *